PDV : Naamah

Je n'arrivais plus à me sortir l'arbre "magique" de la tête. A vrai dire, j'y étais retournée plusieurs fois, seule, mais il semblait être devenu un arbre normal, à l'exception des oeufs lumineux qui parsemaient son tronc.

Je ne pouvais croire que ce que j'avais ressenti la première fois avait été le fruit de mon imagination. D'ailleurs j'avais fait des recherches sur le fruit que j'avais trouvé, et il n'en existait pas de semblable. Cet arbre était donc unique ... Ou extrêmement rare.

J'étais décidée à en savoir plus. J'avais dévalisé toutes les bibliothèques à la recherche de livres pouvant m'éclairer. J'en oubliais de me nourir, de voir mes amis, et même de réfléchir à mon avenir.

1

Ismaël avait été le seul à remarquer mon agitation intérieure, les filles étaient bien trop occupées à leurs propres occupations. Après des heures d'interrogatoire, j'avais fini par céder, et lui raconter tout ce que je savais sur cet arbre mystérieux. Je lui avais même montré le fruit.

A mon grand étonnement, il avait semblé aussi curieux et excité que moi à l'idée d'en savoir plus. Nous avions beau nous connaître depuis l'enfance, je l'avais toujours vu comme un garçon assez casanier et amoureux de sa routine. Nous nous retrouvions donc régulièrement pour des sessions de recherches, décorticants journaux et livres anciens.

Mais nous ne trouvions que trop peu de pistes. Quelques vieilles histoires dont on ne pouvait démêler le vrai du faux, des légendes se contredisant, des cultes païens, ... Pourtant je me sentais de plus en plus comme appelée par une force. Et quand j'y repensais, j'avais ressenti la même chose devant l'arbre, la première fois. C'était un appel inaudible, mais irrésistible.

Si ça ne venait plus de l'arbre, alors il existait forcément un autre endroit, et je voulais plus que tout le trouver.

2

J'aurais voulu impliquer Tessa, mais j'avais compris depuis longtemps qu'elle avait peur que nous nous retrouvions Leeloo et moi impliquées dans toute sorte d'aventure magique ou mystique. Nous n'avions jamais fait preuves de pouvoirs comme notre mère, et elle en semblait soulagée. Je ne voulais pas l'inquiéter inutilement.

Mais je savais qu'elle avait des cartes de ses explorations, et je décidais de me rendre dans son bureau, pour essayer de trouver quelque chose d'intéressant.

Je n'avais aucun moyen de m'y glisser en son absence, elle gardait toujours précieusement la clé avec elle.

3

Je baragouinais donc une excuse bidon pour voir une carte. Je prétextais une envie d'aller pique-niquer avec un ami, sans savoir trop où et lui demandai donc son avis.

Ma gêne et mes balbutiements m'aidèrent à crédibiliser mon mensonge, car elle me regarda avec une lueur malicieuse en répétant d'un air taquin "un ami, hein ?".

4

Elle m'indiqua deux trois endroits qu'elle qualifia de romantiques avec un clin d'oeil appuyé, et j'en profitais pour sonder rapidement la carte. Je savais qu'elle n'aurait pas manqué de marquer les endroits dangereux ou encore inexploré, et cela ne manqua pas, j'avais enfin une piste. Je la remerciais joyeusement, et m'apprêtais à m'éclipser quand elle m'arrêta.

Tessa : Pas si vite, jeune fille ...

Oups.

Naamah : Oui ?

Tessa : Je suis contente que tu fréquentes un garçon, mais surtout protégez-vous, hein ?

Tout faux. Mais je ne pouvais m'empêcher de rire d'un air gêné, et elle me souhaita de bien dormir avec un clin d'oeil moqueur.

5

Le lendemain, je me réveillais très tôt. Il faisait extrêmement chaud à cette période de l'année, et beaucoup de marche m'attendait. Je préférais partir temps qu'il faisait encore un peu frais.

6

J'avais prévenu Ismaël que j'avais enfin une piste, et il tenait abolument à m'accompagner. Je devais bien avouer que sa présence me rassurait.

Ç'allait être ma première grande randonnée hors piste, les risques de chutes ou de rencontres avec des animaux sauvages n'étaient pas à exclure.

Je le rejoignais donc devant l'extravagante résidence de ses parents.

7

Il semblait excité, mais un peu nerveux aussi. Je m'assurais qu'il était bien sûr de vouloir m'accompagner.

Ismaël : Non, en fait je préférerais largement passer la journée enfermé au travail de mon père, à répertorier des données parmilliers ... Évidemment que je suis sûr de vouloir passer une journée excitante ! Banane moisie va !

Je levais les yeux au ciel avec amusement. Nous avions beau approcher la majorité, il restait un grand enfant. Toujours prêt à rendre service, mais un grand enfant quand même.

8

Nous nous mîment en route. Nous en avions pour plusieurs heures, et le soleil commençait déjà à taper fort.

9

A vrai dire, nous ne nous étions pas vraiment bien préparés en stocks d'eau. Heureusement, de nombreux points d'eaux parsemaient notre chemin.

Chacun d'entre eux faisait l'objet d'une course entre nous deux, puis d'éclaboussements et d'éclatements de rires. Je me sentais tellement plus heureuse dans la nature qu'enfermée dans des bâtiments.

10

Enfin, nous arrivâmes au point que j'avais repéré sur la carte. Il s'agissait en fait d'une mine condamnée. Heureusement j'avais prévu quelques outils, et je m'empressais de m'attaquer aux planches de bois.

La mine devait être condamnée depuis plusieurs décennies, le bois était assez mou, et céda facilement, et les clous tombaient comme des feuilles mortes.

11

Je ne mis pas longtemps à convaincre Ismaël de m'attendre en haut. Il avait l'air assez nerveux à l'idée de descendre dans le noir, et dans tous les cas, il fallait que l'un de nous deux puisse prévenir les secours en cas de problème en bas.

Je lui promis de hurler ou de l'appeler sur son téléphone en cas de problème et entamai la descente en m'aidant de la torche de mon téléphone.

gif1

La pente était raide, mais le sol ferme et stable, et j'arrivais en bas sans encombres. J'eus le souffle coupé. Ça n'avait rien à voir avec une mine comme j'avais pu me l'imaginer. De ce que j'en voyais c'était plus une immense grotte souterraine.

16

Je vérifiais le réseau de mon téléphone. Aucun signal. Bon. Je refusais de faire demi tour maintenant. Si je ne traînais pas trop, Ismaël n'aurait pas le temps de s'inquiéter.

17

Je m'enfonçais doucement, regardant partout autour de moi, à la recherche d'un éventuel danger, mais tout me semblait sécurisé. Après avoir dépassé un gros amas de roche, je trouvais des énormes cristaux. Je n'en avais jamais vus de tels, ni dans les livres, ni au Musée.

gif2

Mais je n'étais pas au bout de mes surprises. Le chemin s'élargit soudainement, et là ... Là mon coeur loupa plusieurs battements. Je faisais face à un lac souterrain qui s'étendait à perte de vue. La grotte avait-elle seulement un fond ?

20

Je fus tirée de ma contemplation par une apparition. Je me frottais les yeux et me pinçais. Non je ne rêvais pas, une femme venait d'apparaître devant moi, au bord de l'eau.

22

Je l'appelais doucement, me demandant s'il ne s'agissait pas d'un mirage. Mais non, elle se retourna lentement. Mon coeur était à deux doigts d'exploser. Et s'il s'agissait d'une démone, comme celles qui peuplaient les histoires que nous racontait Tessa ? Une de celles qui en voulaient à notre famille.

23

Elle était désormais totalement face à moi. Elle était à la fois fascinante et effrayante. J'étais totalement paralysée, alors qu'elle me sondait entièrement, comme si ses yeux dépourvus d'iris pouvaient mettre toute mon entité à nu. Enfin, ses lèvres s'étirèrent dans un léger sourire.

?? : Oui, c'est bien toi.

Et elle disparut aussi vite qu'elle était apparue.

24

 

Je fus envahie par une vague de chaleur semblable à celle que j'avais ressentie au fond de l'arbre. Mais cette fois j'étais totalement déstabilisée. Je m'approchais de l'endroit où l'apparition se tenait quelques instants plus tôt. J'avais l'impression de me retrouver face à un puzzle complexe. Y'avait-il un lien entre l'arbre et cette grotte ? Qui était cette femme ?

25

C'était assez d'émotions pour aujourd'hui, je m'empressai de retourner à la surface.

Ismaël : Eh bien, tu en fais une tête, on dirait que tu as vu un mort !

Naamah : Ça se pourrait bien, figures-toi ...

Et je lui racontais tout ce que j'avais vu en bas.

26

Ismaël : C'est de plus en plus étrange ... Mais tu n'es pas seule ! Je suis un peu trop trouillard pour descendre dans des grottes remplies de fantômes, mais je peux t'aider pour les recherches !

Naamah : Ahahah ! C'est gentil, super assistant.

Ismaël : On a fait les 400 coups ensembles quand on était gosses, je vais pas te lâcher maintenant que ça devient palpitant eheh.

Je le pris dans mes bras, c'était vraiment un ami en or.

27

Naamah : Ça te dérange si on se pose un peu avant de repartir ? J'ai besoin de digérer tout ça là.

Ismaël : Oh non, faut que je fasse un peu plus souvent bronzette de toutes façons, je suis beaucoup trop blanc à côté de toi.

Naamah : T'es con.

Ismaël : Ouais, je sais.

Naamah : C'est un bon début, ahah !

Ismaël : Gneuh gneuh ... Dis, ça te fait pas peur tout ça ?

Naamah : Ta connerie ou ta blancheur mortelle ?

Ismaël : Eh !

J'explosais de rire en voyant son air outré, esquivant la question.

Je ne savais pas si j'avais peur. Dans tous les cas je n'abandonnerais pas temps que je n'avais pas de réponses à toutes les questions que je me posais.

28

 

 

***

Ça y est je commence à être dedans les coupains ! 
J'ai passé cette foutue transition xD

Et on ne quitte pas totalement le fantastique finalement eheheh

Alors ... La dame de la grotte vous dit quelque chose ? :p

En tous cas, Naamah compte bien découvrir son identité !
Je suis bien contente que vous l'ayez choisie finalement, elle colle vachement plus au rôle que sa soeur je trouve

M'voilà ! A bientôt ♥